jump to content immediately

Posts filed under 'Paris sportifs'

Le marché français des jeux, un an depuis l’ouverture

Un an après la libéralisation du marché des paris sur Internet, le bilan de l’Arjel (Autorité de Régulation des Jeux en Ligne) recèle des chiffres impressionnants: 10,138 milliards d’euros dépensés, en tout, par les joueurs et les parieurs en ligne de France, depuis juin 2010 jusqu’au juin 2011!

Selon les données de l’Arjel, le poker représente de loin le plus gros marché. Parmi les autres jeux de cercle, le poker a cumulé 962 millions d’euros seulement des droits d’entrée, qui s’ajoutent aux mises placées aux jeux en cash, totalisant la somme astronomique de 7,48 milliards d’euros. La répartition sur les deux moitiés de l’exercice juin 2010-juin 2011 a été la suivante: 3,71 milliards d’euros au dernier semestre de l’année passée, respectivement 3,77 milliards au premier semestre de 2011. Le taux de retour aux joueurs a été de 96%.

Les paris hippiques ont fait un bon numéro, cumulant à eux seuls 955 millions d’euros, dont 496 pour le premier semestre 2011, en légère hausse par rapport au dernier semestre de l’année passée. Le PMU, toujours en situation de quasi monopole, ne peut que se réjouir du résultat!

Enfin, quel est l’état des choses dans le fief des paris sportifs? Coincidant avec l’ouverture du marché français, la Coupe du Monde de football 2010 a été une manne pour les grands et les petits opérateurs de paris sportifs. L’emportement des parieurs s’est ensuite calmé, ce qui se révèle dans les chiffres publiés par l’Arjel: 741 millions de mises cumulées depuis l’ouverture du marché, dont 293 millions au premier semestre 2011. Le déclin est évident: une baisse de 34% pour les six premiers mois de l’année.

La distribution des mises par disciplines sportives montre la préférence avérée pour le football: 423 millions d’euros, soit 57% des mises, suivi du tennis avec 187 millions, soit 25% du total, et du basketball, avec 45 millions, soit 6% des paris placés sur Internet.

En réponse aux voix s’élevant contre la prolifération des sites de jeu, Jean-François Vilotte, président de l’Arjel, fait des déclarations « rassurantes »: le marché français des paris en ligne « n’est pas un marché en croissance », mais plutôt un marché « stable ». Jusqu’à présent, l’Arjel a octroyé 50 agréments à un nombre de 36 opérateurs de jeux et paris en ligne. L’Autorité reste fidèle à ses critères exigeants quant à l’octroi de nouvelles licences et à la surveillance du marché.


Betfair défie le monopole allemand des paris en ligne

L’opérateur de paris en ligne Betfair a pour la première fois accédé au marché du sponsoring du football allemand. Betfair a conclu un accord avec le club Türkiyemspor Berlin, ne tenant pas compte des intentions de l’Allemagne de renouveler son Traité inter-étatique sur les jeux de hasard.

En vertu de l’accord, Betfair va parrainer Türkiyemspor pour la prochaine saison, et le logo de la société sera affiché sur les maillots du club. L’entente de parrainage a été initialement signée pour une période d’un an, avec une option de renouvellement.

Le club joue actuellement dans la Regionalliga Nord, le quatrième niveau dans le système des ligues de football allemandes, et la plus haute ligue régionale pour la partie Nord et Est du pays.

Mi-juillet, la Commission Européenne a émis un avis circonstancié sur le nouveau projet de loi allemand dans la question des jeux en ligne. La Malte s’y est directement impliquée, tandis que le Royaume-Uni a également fait savoir ses points de vue. L’avis circonstancié de la CE prolonge d’un mois le délai jusqu’à l’adoption d’une nouvelle loi allemande sur les jeux. Le mouvement a été bien accueilli par Betfair, qui avait précédemment déposé une plainte auprès de la Commission contre le projet du nouveau traité inter-étatique allemand sur les jeux.

Protégeant ses intérêts, la société espérait que l’autorité de Bruxelles obligerait les gouvernements régionaux allemands à renoncer à leur monopole sur les paris. Dans la plainte, Betfair a qualifié pour « protectionnistes » les plans des Landers allemands d’accorder aux groupes commerciaux seulement sept licences de paris sportifs, et celles-ci, sous de très strictes conditions.
En avril 2011, 15 des 16 États d’Allemagne ont demandé à la Commission d’approuver de nouveaux règlements sur les paris en ligne, après que la Cour Européenne de justice a jugé que l’ancien monopole contrevenait aux lois de l’Union européenne sur l’accès libre aux marchés.

Sous prétexte de vouloir limiter la dépendance au jeu, les Etats allemands visent à maintenir le monopole des loteries, et soigneusement déréglementer les paris sportifs dans une « phase d’expérimentation » de cinq années, à partir de janvier 2012.

La Direction pour le Marché Intérieur de la Commission Européenne a pu réagir jusqu’au 15 juillet. Betfair et d’autres opérateurs intéressés à offrir leurs services en Allemagne ont espéré que les gardiens du marché unique de l’UE exigeront des changements. Pour le moment, la période d’accalmie qui s’est instaurée pour encore un mois, a été interprété par Betfair comme une possibilité d’agir et de faire ses débuts sur un marché lucratif.

admin in Paris sportifs on juillet 24 2011 » 0 commentaires

Les paris sportifs connaissent des temps durs en France

Le montant d’argent parié en ligne sur les compétitions sportives a diminué de 26,5% sur le marché français au premier trimestre de 2011, selon le quotidien Le Figaro.

La publication a cité l’absence d’un événement sportif majeur comme l’un des facteurs contribuant à la baisse. Le président ARJEL Jean-François Vilotte a tenu à souligner que l’ouverture du marché français en mai 2010 ne permettait pas une comparaison avec le 1er trimestre de l’an dernier.

Le déclin est vu comme un échec pour le marché français, qui a connu un début peu prometteur, faisant l’objet des critiques de Stéphane Courbit, alors président de BetClic Everest.

« Il s’agit d’une décroissance importante, mais cela ne signifie pas que les paris sportifs baisseront de plus de 20% cette année », a déclaré Vilotte.

Le vendredi 8 avril, Norbert Teufelberger, co-directeur général de bwin.party, a parlé des problèmes initiaux du marché français, affirmant que son entreprise « a beaucoup appris de ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. »

Dans une téléconférence avec les analystes, Teufelberger a ajouté que « le gouvernement français a admis qu’on est allé trop loin avec l’imposition des paris sportifs, estimant qu’environ 75% du volume de paris en France est encore sur le marché noir. »

Cependant, alors que les paris sportifs ont connu un déclin dans leur ensemble, le montant misé sur les courses de chevaux a augmenté à 241 millions €, plus que le montant parié dans les quatre premiers mois depuis l’ouverture du marché. Les paris sur le poker en ligne ont également gonflé , totalisant 1,9 milliards € au premier trimestre.

L’ancien monopole du Pari Mutuel Urbain (PMU) a connu une croissance au 1er trimestre, le montant misé sur les courses hippiques étant en hausse de 3,8%, à 2.47 milliards €. Son bénéfice net a augmenté encore plus, passant à 791 millions €, tandis que sa division de paris en ligne pmu.fr a connu une croissance de 57% (jusqu’à 318 millions €), avec 10 millions de visiteurs uniques par mois.

in Paris sportifs on avril 14 2011 » 0 commentaires

Bwin.party Digital Entertainment conteste la législation allemande

Bwin.party Digital Entertainment, la société de jeu en ligne la mieux cotée du monde, a réagi à une décision prise par le gouvernement allemand à l’égard de la taxation des jeux en ligne à l’avenir. La société allègue que la décision, qui aura un impact négatif sur ses bénéfices, n’est pas en conformité avec le droit européen.

Le 5 avril, l’Allemagne a annoncé que la taxe sur les paris sportifs s’élèverait, à partir de 2012, à 16% du chiffre d’affaires. On a également indiqué que le gouvernement allait interdire les paris en direct et exiger aux opérateurs de poker et de casino en ligne de détenir aussi une licence pour les jeux en dur.

« Un taux d’imposition de 16% sur les mises placées dans les paris sportifs, rendrait impossible d’offrir un produit compétitif. En outre, l’exclusion du poker et des casinos du système de licences continuera à conduire les consommateurs vers le marché noir », a dit dans un communiqué, Norbert Teufelberge, chef de la direction de bwin.party.

La société, résultée de la fusion de l’entreprise autrichienne Bwin avec PartyGaming, a toutefois félicité la décision de l’État de Schleswig-Holstein de conserver le modèle de licence déjà soumis à l’UE pour approbation.

Ce modèle prévoit la réglementation de tous les produits de jeux en ligne et une taxe de 20% sur le produit brut pour les paris sportifs, le poker et les jeux de casino.

Bwin.party a déclaré son intention de demander une licence en Schleswig-Holstein et implicitement, de payer l’impôt exigé si le land poursuit ses propositions actuelles.

La société a fait savoir qu’elle attendait avec intérêt d’examiner la notification du nouveau Traité d’État sur les jeux à la Commission européenne et la ratification par les parlements des États.

« Nous espérons que ces propositions feront l’objet des corrections nécessaires pour que la nouvelle réglementation régisse l’ensemble du marché allemand d’une manière cohérente et en conformité avec le droit communautaire », a déclaré Teufelberger.

in Paris sportifs on avril 08 2011 » 0 commentaires

Le CIO plaide pour l’intégrité des sports et les paris sportifs réglementés

Le président du Comité Olympique International (CIO) Jacques Rogge a convoqué les dirigeants sportifs, les politiciens, les opérateurs de paris autorisés et le service international de police pour un sommet extraordinaire le 1er mars. Le CIO a décidé d’intensifier la lutte mondiale contre les paris illégaux et les matchs sportifs truqués.

« Il nous faut une large collaboration avec les gouvernements », a déclaré Rogge, qui a dit aussi que les paris illégaux en connexion avec les matchs arrangés et le blanchiment d’argent étaient une menace comparable au dopage.

« Ce sont des liens mafieux et des gens mafieux qui parient tous en même temps tout en manipulant le résultat d’un match », a-t-il dit aux journalistes lors d’une conférence téléphonique.

L’initiative de Jacques Rogge intervient quelques jours après que l’Agence Mondiale Anti-Doping a demandé la création d’un organisme mondial pour l’intégrité des sports, dont le rôle serait de centraliser et renforcer les efforts anti-corruption.

Les paris illégaux et la corruption sont estimés à des dizaines de milliards de dollars chaque année, provenant des paris placés essentiellement en Europe de l’Est et en Asie.

« Tôt ou tard, cela pourrait se produire lors des Jeux olympiques, a dit Rogge, ajoutant que le CIO avait suivi les systèmes de paris au cours des Jeux olympiques de Beijing et Vancouver et qu’il n’avait trouvé rien de suspect.

Des ministres et représentants de l’Australie, la Grande-Bretagne, Chine, France, Allemagne et Italie ont été invités à la réunion du 1er mars au siège du CIO à Lausanne.

Rogge dit que ces pays ont ouvert la voie en adoptant des lois pour réglementer les paris légaux en ligne, et ont des pouvoirs pour enquêter sur les groupes criminels au-delà de la portée des fédérations sportives.

Dans le nouveau système, les organisations sportives devraient recevoir leur juste partie de profit de l’industrie des paris légaux, ce qui les aidera à financer leurs travaux de lutte contre la corruption.

Certaines organisations sportives, y compris l’UEFA et la Fédération internationale de tennis, ont déjà des unités d’enquête indépendantes.

A l’aide de sa filiale de surveillance des sports, le CIO a suivi le modèle du système de première alerte de la FIFA, en créant un service censé surveiller les paris douteux sur les marchés de paris légaux.


Le Chypre veut interdire les jeux de casino en ligne

Les législateurs de Chypre ont envoyé pour examen à la Commission Européenne un projet de loi proposant l’interdiction de toutes les formes de jeu en ligne, à l’exception des paris sportifs. Selon le droit communautaire européen, l’échange de services entre les pays de l’UE doit rester libre. Le gouvernement du Chypre est, donc, obligé de demander à la CE une exemption avant d’appliquer une interdiction sur les services de jeu en ligne.

Les législateurs utilisent une logique similaire à celle du Portugal, en 2009. Dans cette affaire-là, qui a été jugée par la Cour de Justice Européenne, le gouvernement portugais s’est défendu contre les accusations que l’objectif de la législation anti-jeu aurait été la création d’un monopole d’Etat. En échange, les autorités ont prétendu que l’interdiction aiderait à combattre les délits et la fraude.

Selon le procureur général du Chypre, Petros Clerides, l’interdiction de la roulette, des machines à sous et du poker est « dans l’intérêt public ».

« Le projet est censé combattre la criminalité et protéger le consommateur », dit-il. Selon lui, l’arrêt en faveur du Portugal est une preuve de sa justesse.

Bien que la législation proposée interdise les jeux comme la roulette ou les machines à sous, elle autorise les paris sportifs et prévoit l’octroi de licences pour les points de vente.

En principe, la législation prévoit aussi:

– la création d’un « Conseil des Jeux » qui réglemente tous les jeux en ligne à Chypre
– l’octroi de licences aux opérateurs qui paient des impôts sur le chiffre d’affaires, non sur le profit
– une interdiction des paris en espèces et l’utilisation exclusive des cartes de crédit et portefeuilles électroniques, où les opérations sont plus faciles à surveiller et à taxer
– la présentation par le législateur d’une garantie bancaire pour s’assurer que les joueurs reçoivent leurs gains
– la fermeture des établissements qui ne parviennent pas à payer l’impôt dû à l’échéance.

in Paris sportifs on décembre 01 2010 » 0 commentaires

Unibet recommence ses activités en France

Le mois d’octobre a été très occupé pour le marché français des jeux. Certains opérateurs ont choisi de quitter le marché ou abandonner pour le moment l’idée de demander une licence en France, pour des raisons plus ou moins connues. Cependant, la société de paris sportifs Unibet a choisi d’y entrer.

Basé en Suède, Unibet a attendu depuis le mois de mai que sa demande soit approuvée. Avant que la France commence à interdire la présence des opérateurs étrangers, Unibet fournissait déjà ses services en France. Maintenant, la société peut recommencer son activité dans le pays, offrant aux joueurs de France une option supplémentaire pour les paris sportifs.

Selon le PDG Henrik Tjarnstrom, l’obtention d’une licence est seulement la première étape de ce que la société espère être une nouvelle stratégie de succès. Il croit que l’entreprise gagnera beaucoup de trafic et de recettes des citoyens français, ce qui permettra l’expansion et la croissance.

Toutefois, les dirigeants sont toujours préoccupés par ses bénéfices potentiels. La France a l’un des niveaux d’impositions les plus élevés: 8% de toutes les mises placées sur les sites de paris. C’est la raison pour laquelle de nombreux opérateurs de casino en ligne ont choisi de se retirer du marché de la France, mais ceux d’Unibet semblent convaincus qu’ils peuvent surmonter cet obstacle.

in Paris sportifs on novembre 04 2010 » 0 commentaires

Index Multimedia investit dans les paris sportifs en France

Index Multimedia, une filiale de la compagnie japonaise Index Holdings, ajoutera une section de paris sportifs sur son site français de réseautage social Tchatche.com.

Index Multimedia fait équipe avec le fournisseur de paris sportifs France Pari. Cette alliance stratégique sera à l’origine de la nouvelle plateforme Tchatche dès juin 2010.

« En accord avec notre stratégie de développement, nous avons décidé d’ouvrir notre plateforme de réseautage social Tchatche.com aux applications de bonne qualité des tiers et d’aborder le segment des jeux dans le cadre de notre politique de positionnement sur les marchés prometteurs », a déclaré Takuo Tanimoto, chef de la direction d’Index Multimedia.

« A travers la réputée plateforme France Pari, nous allons offrir à nos clients amateurs de sports et de paris, un service de paris éthique et convivial, à l’intérêt commun de nos sociétés ».

Le marché français des paris sportifs pourrait atteindre 800 millions d’euros en 2010. Le partenariat avec France Pari est censé situer les deux sociétés parmi les acteurs de premier rang du marché français. L’objectif commun est de recruter 12 000 joueurs d’ici la fin de 2010.

« Ce partenariat nous permettra d’accroître considérablement notre attractivité, grâce à un accès premium à cette très large communauté d’utilisateurs d’Internet à la recherche d’interactivité », a déclaré Hervé Schlosser, directeur général de France Pari.

« Cela renforce notre capacité à recruter des joueurs dès que le marché sera ouvert pour de nouveaux acteurs tels que France Pari, qui demandera une licence auprès de l’Autorité de régulation des jeux en ligne. »