jump to content immediately

Posts filed under 'Actualités jeux'

Cryptologic lance trois nouveaux jeux

La société Cryptologic a récemment annoncé la sortie sur le marché de quelques nouveaux jeux: la version machine à sous vidéo du jeu classique Jenga, une toute nouvelle machine à sous vidéo – Buccaneers Bounty et le jeu de blackjack Atlantic City à 4 ponts.
« L’ajout de Jenga dans notre répertoire est un autre exemple de la capacité de Cryptologic de transformer les plus populaires jeux de marque dans une expérience de casino fascinante et irrésistible », a commenté Brian Hadfield, président et chef de la direction de Cryptologic. La grande force de Cryptologic consiste dans ses extraordinaires innovations e-gaming menant à des jeux très populaires auprès des joueurs et profitables pour nos clients.
Jenga est un jeu de table facile à apprendre et divertissant. C’est un jeu de suspens et de stratégie qui a beaucoup gagné en popularité. Du jeu de table classique qui était auparavant, Jenga a été transformé par Cryptologic dans une machine à sous disponible en ligne. Le nouveau jeu propose 18 lignes de paiement, et un prix de 50.000 jetons par reprise.
Buccaneer’s Bounty, une autre nouveauté de Cryptologic, est le jeu idéal pour quiconque a jamais rêvé d’être un pirate. D’ailleurs, cette machine à sous vous propose un jeu de rôle qui vous conviendra: vous pouvez être soit le pirate, soit celui qui défend l’île. Le jeu dispose de 20 lignes payantes et comprend deux jeux bonus riches en aventures. On peut même gagner jusqu’à 6.000 fois le montant de la mise.
Enfin, le blackjack Atlantic City à 4 ponts lance un nouveau défi aux amoureux de ce jeu. A ce type de blackjack, le croupier reçoit une deuxième carte avant que les joueurs finissent leurs mains. Le pourcentage de gain est plus élevé pour une mise minimale qu’au jeu de blackjack classique.
Dans le répertoire de Cryptologic, la catégorie des jeux vidéo occasionnels contient déjà Bejweled, Cubis,Sudoku et Jewel Quest. C’est pourquoi, selon Justin Thouin, le vice-président de la société, « l’ajout de Jenga renforce sa position de premier innovateur en matière de logiciels de casino ».
En 2009, Cryptologic a gagné le titre « Meilleurs Logiciels de Casino », offert par Gambling Online Magazine.

admin in Actualités jeux on avril 09 2013 » 1 commentaire

La Bulgarie envisage de légaliser les jeux en ligne

Le gouvernement bulgare a notifié à la Commission européenne l’initiative d’un projet de loi sur les jeux, qui comprend de nouveaux règlements pour le marché des jeux en ligne.

La Bulgarie, le membre le plus récent de l’Union européenne, a été sous les feux de la rampe pour un certain temps après avoir proposé, au mois de février, une loi censée proscrire les campagnes de publicité sur les jeux. Les propositions ont été contrées par les opérateurs de casinos terrestres et en ligne qui les ont qualifiées pour discriminatoires.

Simultanément avec cette proposition, l’Association Bulgare des Jeux a envoyé ses représentants à Strasbourg, à la Fédération européenne des jeux et de divertissement, pour dresser le profil des règlements de jeu appliqués dans l’UE.

À l’heure actuelle, il n’est pas clair si la nouvelle loi proposée en Bulgarie va passer, mais sans doute d’autres seront découvertes au prochain Sommet annuel du jeu en Europe de l’Est. Cette année, le Sommet sera organisé même dans la capitale bulgare Sofia, entre le 17 et le 20 octobre.

Les associations de jeu de tous les coins de la région feront des présentations. Il sera intéressant de voir la réaction des pays comme l’Estonie et la Lituanie, qui ont rejoint la tendance croissante en Europe de la légalisation du jeu en ligne.


Les jeux en ligne en Europe, vus de l’autre côté de l’Atlantique

Il est déjà évident que depuis quelque temps les gouvernements européens se tournent en masse vers la légalisation des jeux d’argent en ligne, abjurant leur opposition véhémente d’auparavant. Selon un article paru dans le New York Times, la principale raison de cette conduite est la possibilité de remplir les coffres vides de l’Etat par le biais des impôts.

L’auteur de l’article opine que les Etats-Unis s’opposent aux jeux en ligne en raison des préoccupations concernant la dépendance au jeu et l’accès des mineurs aux sites de jeu. En Europe, l’opposition viendrait de ceux qui craignent que les opérateurs privés sapent les sociétés et les loteries protégées par l’Etat.

« Comme les finances publiques sont en recul, les gouvernements tentent de porter cette affaire une fois ombragée dans le courant dominant de l’économie numérique en Europe, où elle peut être réglementée et taxée », écrit l’auteur de l’article, Eric Pfanner.

L’article cite le consultant David Trunkfield de PriceWaterhouseCoopers, qui dit à l’égard du mouvement de l’Europe vers les jeux en ligne: « Ce qui s’est passé est une prise de conscience qu’on ne peut pas dés-inventer l’Internet. Les gens jouent en ligne. Soit on essaie de réglementer et de taxer l’activité, soit les gens choisiront les opérateurs étrangers, dont l’Etat ne tire aucun profit ».

Selon Pfanner, l’Europe est devenue le plus grand marché de jeux en ligne dans le monde: 12,5 milliards de dollars du total de 29,3 milliards des recettes générées par l’industrie en 2010.

« Le succès du domaine virtuel contraste avec l’activité à l’ancienne dans les casinos terrestres dans de nombreux pays européens. En France, par exemple, les casinos terrestres ont subi des baisses à deux chiffres ces dernières années. En Grande-Bretagne, les projets d’un casino géant style Las Vegas, à Manchester, ont été délaissés il y a deux ans et même les boutiques de paris omniprésents dans le pays ont commencé à souffrir ».

L’article examine la situation des plusieurs pays européens comme la France et l’Italie et met en évidence les obstacles auxquels font face les opérateurs de jeux en ligne sur ces marchés.


PartyGaming et Bwin fusionnent

Avec l’ambition de créer la plus grande société de jeu cotée en bourse, les compagnies rivales PartyGaming et Bwin ont annoncé une future fusion, surprenante pour tout le monde.

Le groupe élargi, qui sera basé à Gibraltar et coté à la Bourse de Londres, vaudrait 3,3 milliards de dollars aux prix du marché actuel.

« Grâce à la position de leader sur le marché du poker, des paris sportifs, du bingo et des casinos, le groupe élargi aura une formule gagnante pour exploiter un marché en développement », a déclaré Jim Ryan, directeur général de PartyGaming.

Les entreprises ont un chiffre d’affaires combiné de 682 millions d’euros et s’attendent à des économies de 55 millions d’euros après la fusion. Les actionnaires de PartyGaming auront le contrôle en proportion de 48,3%, tandis que les investisseurs Bwin détiendront 51,6% des actions. Jim Ryan et Norbert Teufelberger, fondateur de Bwin, seront les deux directeurs du nouveau groupe.

Il pourra bien profiter de la déréglementation du marché américain. Quatre ans auparavant, PartyGaming a été obligé de quitter ce marché du jour au lendemain, à cause de la loi UIGEA.

Mais, le 28 juillet 2010, le Comité des services financiers a voté un projet de loi visant à légaliser et réglementer le jeu sur Internet, renversant pratiquement la loi UIGEA.

La restriction a coûté à PartyGaming des millions, puisque les Etats-Unis généraient environ les trois quarts de ses bénéfices. En 2009, la compagnie et les autorités américaines sont parvenues à un accord pour éviter les poursuites, accord qui a coûté à PartyGaming 105 millions de dollars. Ainsi, il s’est assuré son retour sur le marché dans un nouveau contexte législatif.

Bwin a également lutté pour devenir juridiquement acceptable. En 2006, Teufelberger et le co-fondateur de Bwin Manfred Bodner ont été arrêtés en France, lors d’une conférence de presse où l’on annonçait un accord de sponsoring. Emprisonnés pendant plusieurs jours, ils ont ensuite été renvoyés à l’Autriche sur des accusations de violation des lois sur la publicité des jeux.

Quatre ans plus tard, le récemment lancé site français de Bwin paie un impôt de 8,8% au Trésor français, mais il est particulièrement bien établi en Allemagne et Italie.


Microgaming apporte en ligne « Le Seigneur des Anneaux »

« Le Seigneur des Anneaux » a été un succès de milliards de dollars et maintenant Microgaming apporte la trilogie en ligne dans un passionnant jeu de machine à sous.

Le jeu sera lancé plus tard cette année, tant à Ladbrokes Casino qu’à All Slots Casino. A ce moment, on sait que les deux casinos auront l’exclusivité sur le dernier jeu de Microgaming.

Microgaming a une fantastique expérience dans la production des machines à sous vidéo de pointe et « Le Seigneur des Anneaux » a toutes les chances d’impressionner non seulement les fans du film, mais aussi les passionnés des jeux. Le jeu rivalisera sans doute avec Thunderstruck 2, qui, depuis son lancement, est devenu l’un des plus populaires jeux de Microgaming.

Microgaming a reçu le droit de développer des machines à sous vidéo en utilisant les matériaux d’animation, les thèmes et les personnages de « Seigneur des Anneaux », pour toute la trilogie: « La Communauté de l’Anneau, » « Le Seigneur des Anneaux: Les Deux Tours » et « Le Seigneur des Anneaux: Le Retour du Roi ».

Les guichets du monde entier ont encaissé des milliards de dollars pour le film, qui a remporté aussi dix-sept Prix de l’Académie.

L’accord intervient à un moment idéal pour Microgaming, qui a des droits exclusifs sur la trilogie. Son engagement sera certainement récompensé par les fans des casinos dans les semaines et les mois à venir.

Roger Raatgever, PDG de Microgaming, a déclaré: « Nous sommes ravis de créer des machines à sous de pointe basées sur la meilleure trilogie de film de la décennie.

Nous sommes impatients d’apporter « Le Seigneur des Anneaux » dans l’univers du jeu en ligne, où notre expertise de la qualité des jeux et la vitesse du marché assureront son succès. »


La Chine impose le contrôle strict des jeux en ligne

Les dirigeants chinois sont plus que jamais décidés de bannir les opérateurs de jeux étrangers. L’Administration Générale de la Presse, l’autorité qui contrôle l’industrie des jeux vidéo, a effectivement interdit toute participation étrangère au vaste marché chinois. Les entreprises à capitaux étrangers, les co-entreprises et les coopératives dont l’objet de l’activité sont les jeux en ligne, seront dorénavant interdits à travers le pays.

Les investissements étrangers ne seront pas non plus autorisés, à cause de leur « influence indirecte » sur les sociétés chinoises. Il leur sera interdit de recevoir de l’appui technique ou de conclure tout autre contrat à l’étranger.

L’intention du gouvernement chinois est apparemment la proscription de tout contenu virtuel illégal. En juillet, le Ministère de la Culture a mis hors la loi les jeux sur des thèmes comportant des activités mafieuses ou de type gangster.

« On peut en déduire que les étrangers ont été derrière certains des jeux au contenu douteux », opine le blog Wall Street Journal. Le blog cite aussi Kou Xiaowei, vice-directeur du département technologique et numérique de l’autorité mentionnée: « Ces dernières années, certaines entreprises étrangères ont tenté de s’impliquer dans des opérations de jeu en ligne en Chine sous des formes diverses, ce qui a causé de graves troubles dans cette industrie ».

A ce jour, l’Administration Générale de la Presse a sanctionné environ 45 jeux en ligne. En ce qui concerne l’autorisation octroyée pour les jeux en ligne, celle-ci sera délivrée par l’Administration. Aucune autre autorisation n’est nécessaire.

Au début du mois de septembre, le Bureau de la Commission d’Etat pour la Réforme du Secteur Public a publié un avis précisant les responsabilités de plusieurs ministères dans la réglementation des jeux en ligne.

Selon cet avis, le Ministère de la Culture est chargé de surveiller le marché, tandis que l’Administration Générale de la Presse est chargée de gérer le processus de pré-approbation préalable à la publication et à la distribution des jeux en ligne.

Le marché des jeux en ligne chinois est l’un des plus dynamiques du monde, avec des ventes qui devraient augmenter cette année de 30% à 50%. L’interdiction des sociétés étrangères aura sans doute des répercussions sur beaucoup d’entreprises d’Asie.


Les jeux en ligne se développent au Royaume-Uni

Les jeux en ligne connaissent un développement rapide; l’espace virtuel héberge un nombre record de sites de jeux et de casino gratuit, les statistiques ne font que confirmer ces présomptions. Une étude publiée par la Commission des Jeux du Royaume-Uni rapporte les détails.

L’année dernière, 7.8% des personnes interrogées déclaraient que les jeux en ligne avaient été leur choix pour les jeux à distance. Cette année, le chiffre s’est élevé à 8.2%. Si ce n’est pas une augmentation impressionnante, ça montre quand-même un changement: les gens se dirigent de plus en plus vers l’Internet.

« Il y a cinquante ans, les casinos terrestres étaient le seul moyen de jouer et de se divertir; à présent, la plupart des joueurs convertissent leurs habitudes, échangeant les casinos terrestres pour les casinos en ligne » – Barry Freedland, analyste.

On ne parle pas que du Royaume-Uni comme d’un terrain fertile pour les jeux d’argent en ligne. Aux Etats-Unis, ce marché s’est épanoui visiblement durant la dernière décennie, en dépit de la législation défavorable.

Anticipant les tendances ou forcés par la conjoncture, d’autres pays ont aussi assoupli la législation en matière de jeux. La perspective des revenus prélevés des impôts a joué un rôle important. A côté de l’Espagne, la France était entrée dans la ligne de mire de la Commission Européenne pour avoir transgressé le droit communautaire par ses lois sur les jeux.

Les chiffres rendus par la Commission des Jeux du Royaume-Uni sont compilés sur la base des études trimestrielles auxquelles ont répondu 2.000 personnes.


Cryptologic lance trois nouveaux jeux

La société Cryptologic a récemment annoncé la sortie sur le marché de quelques nouveaux jeux: la version machine à sous vidéo du jeu classique « Jenga », une toute nouvelle machine à sous vidéo – « Buccaneers Bounty » et le jeu de blackjack Atlantic City à 4 ponts.

« L’ajout de Jenga dans notre répertoire est un autre exemple de la capacité de Cryptologic de transformer les plus populaires jeux de marque dans une expérience de casino fascinante et irrésistible », a commenté Brian Hadfield, président et chef de la direction de Cryptologic.  » La grande force de Cryptologic consiste dans ses extraordinaires innovations e-gaming menant à des jeux très populaires auprès des joueurs et profitables pour nos clients ».

Jenga est un jeu de table facile à apprendre et divertissant. C’est un jeu de suspens et de stratégie qui a beaucoup gagné en popularité. Du jeu de table classique qui était auparavant, Jenga a été transformé par Cryptologic dans une machine à sous disponible en ligne. Le nouveau jeu propose 18 lignes de paiement, et un prix de 50.000 jetons par reprise.

« Buccaneer’s Bounty », une autre nouveauté de Cryptologic, est le jeu idéal pour quiconque a jamais rêvé d’être un pirate. D’ailleurs, cette machine à sous vous propose un jeu de rôle qui vous conviendra: vous pouvez être soit le pirate, soit celui qui défend l’île. Le jeu dispose de 20 lignes payantes et comprend deux jeux bonus riches en aventures. On peut même gagner jusqu’à 6.000 fois le montant de la mise.

Enfin, le blackcjack Atlantic City à 4 ponts lance un nouveau défi aux amoureux de ce jeu. A ce type de blackjack, le croupier reçoit une deuxième carte avant que les joueurs finissent leurs mains. Le pourcentage de gain est plus élevé pour une mise minimale qu’au jeu de blackjack classique.

Dans le répertoire de Cryptologic, la catégorie des jeux vidéo occasionnels contient déjà « Bejweled », « Cubis », « Sudoku » et « Jewel Quest ». C’est pourquoi, selon Justin Thouin, le vice-président de la société, « l’ajout de Jenga renforce sa position de premier innovateur en matière de logiciels de casino ».

En 2009, Cryptologic a gagné le titre « Meilleurs Logiciels de Casino », offert par Gambling Online Magazine.


CogniSafe, le logiciel qui deviendra l’épouvantail des tricheurs

Les tricheurs et les opérateurs de bots seront dorénavant mis en danger plus que jamais: le développeur israélien de logiciels CogniSafe vient de lancer sur le marché un nouveau produit – qu’un peut qualifier de « pitboss » virtuel et que les salles de poker et les casinos en ligne pourront utiliser comme un outil efficace contre tous les types de tricheries.

Le programme de protection contre les « robots » a été déjà mis en fonction avec succès pour certains clients de l’industrie, mais la compagne n’a pas divulgué où. En plus de protéger les opérateurs de casinos virtuels contre les tricheurs, le système, qui surveille les jeux sans affecter l’expérience des joueurs, peut fournir aux casinos des données utiles, tels que les types de joueurs et les niveaux de compétence de ceux-ci.

Shmuel Konforti, le directeur technique de CogniSafe, s’est montré très confiant dans les qualités du nouveau produit créé: « Nous offrons une solution complète à la tricherie en ligne qui fonctionne à travers une grande variété de jeux. Que les joueurs jouent aux jeux de table ou aux jeux de cartes tels que le poker ou à une autre forme de jeu, nous avons une solution garantie à un éventuel scénario de tricherie. »

Ce pitboss virtuel a une large fonctionnalité, étant en mesure de détecter plusieurs types de fraude:

– les soi-disant « bots » en ligne, y compris ceux de collusion

– les associations ou les autres formes de collusion des joueurs

– les logiciels de tricherie

– les Conseillers en Ligne ( Online Advisors): quand les joueurs utilisent des calculatrices de probabilités pour augmenter leurs performances;

– l’accès aux informations strictement secrètes ou confidentielles ( telles que la carte suivante qui sera distribuée);

– la déconnexion volontaire: le cas des joueurs qui interrompent leur connexion internet quand ils se rendent compte que leur main ne résistera pas;

Le système a une grande souplesse et peut être mis à jour pour reconnaître aussi de nouvelles formes de tricherie.


Cryptologic vs. Playtech : la bataille des super-héros

Les accords que la société CryptoLogic avait conclus avec Marvel Entertainment lui donnait l’avantage d’être la seul à utiliser les images des super-héros Marvel, pour créer de nouveaux jeux de casino. CryptoLogic a pleinement profité de cette exclusivité et la popularité des personnages d’animation créés par Marvel Entertainment a augmenté son quota de marché. Mais la concurrence ne s’est pas contentée à rester les bras croisés et la source d’or – Marvel, a conclu un nouveau accord avec une autre grande compagne de logiciels de jeu – Playtech. Sous les termes de ce contrat, Playtech sera en mesure d’utiliser les mêmes personnages qui étaient autrefois le privilège de Cryptologic.

Par conséquent, les super-héros tels que Spider-Man, Blade, X-Men, Iron Man et les Fantastic Four joueront au signal de Playtech. La société pourra les utiliser pour tous ces produits, y compris le poker, le bingo, les jeux de casino en ligne ou sur le portable.

De l’accord avec Marvel, Cryptologic s’est servi notamment pour lancer une série de machines à sous vidéo très populaires. En outre, la société a profité de son essor pour signer un nouveau contrat avec DC Comics, qui lui permettra d’apporter dans les casinos utilisant son logiciel de jeu, des personnages qui n’ont plus besoin de présentation: Batman, Superman et d’autres. Mais le monopole de la société sur l’univers des super-héros très en vogue, devra prendre fin. Que pire est pour Cryptologic, la licence d’utilisation les personnages de Marvel Entertainment, expire l’année prochaine. Un délai suffisant pour que Playtech récupère le retard.

« Cet accord est un tremplin important pour Playtech », a commenté Mor Weizer, chef de direction de Playtech. Il apprécie que l’avènement des super-héros dans les casinos gérés par Playetch sera un bon moyen d’attirer de nouveaux joueurs et de fidéliser la clientèle existante.


Le poker donne le signal du départ!

A partir du février, le poker commence à bien s’installer dans les grands casinos du monde, une fois avec les événements importants de cette industrie.

Les grands tournois de poker qui commencent à mi-février, débutent aux Etats-Unis, une fois avec le circuit WSOP, à Horseshoe Council Bluffs Casino. Depuis le 12 février au 25 février, on verra se dérouler 18 événements. Les buy-in aux premiers événements auront des bas coûts – $200 +$35 et $300+$45, tandis que l’entrée au championnat de trois jours qui commence le 23 février s’élèvera à $5,000+$150.

Ensuite, l’action se déplace à l’ouest, en Californie, à Bicyle Casino. Entre le 13 et le 15 février, il y aura l’événement Sweethearts Weekend/Queen of Hearts. Le jeu commence au jour d’un 13 chanceux, avec une compétition qui confrontera les joueurs et les joueuses. Il y aura une véritable Guerre des sexes, dans un événement de No Limit Hold’em à un buy-in de 60$. Le samedi, on aura un événement No Limit Hold’em Tag Team à un buy-in de 120$ et le dimanche, on finira par un tournoi Ladies- No Limit Hold’em.

Les projos tomberont, ensuite, sur Casino Copenhagen de Danémark, pour suivre Scandinavian Open, à travers 5 jours de jeu- entre le 17 et le 21 février. Pour ce tournoi, il y a un plafond de 500 joueurs. Jour 1A et 1B se joueront le 17 et le 18 février, le Jour 2 est prévu pour le 19 février, le Jour 3, pour le 20 février, et le tournois era couronné par une finale au 21 du mois. On estime que le premier prix approchera 1 million d’euros, d’une cagnotte de 3,2 millions. Suivez l’horaire complet des événements et ne ratez pas les dernières nouvelles du domaine!


Partouche est le premier à lancer une salle virtuelle de jeux

On pouvait s’y attendre, après les déclarations audacieuses de Patrick Partouche: le groupe qui porte son nom a « devancé la loi » et a ouvert son premier site de jeux en ligne, en occurrence, de poker. Et comme depuis l’ouverture de la salle virtuelle, aucune réaction de la part des autorités n’a été signalée, Partouche s’est vu assigné en justice par un concurrent terrestre, à savoir le casino de Gujan-Mestras.Mais, à l’exaspération de ce dernier et, sans doute, de plusieurs autres établissements, la bataille contre Partouche n’a pas de chances de gain. Du moins, pas dans les conditions actuelles:

Premièrement, le site de Partouche fonctionne sous une licence valide enregistrée à Gibraltar, donc il ne se trouve pas littéralement hors la loi. Deuxièmement, Partouche, qui jouit d’une bonne réputation en France, étant le deuxième plus grand groupe du pays, est en possession d’une licence européenne. Donc, si les gardiens de la loi française décidaient de lui donner un verdict négatif, – alors que la Cour Européenne de Justice, de concert avec la Commission Européenne autorisent la pratique des jeux en ligne – la guerre avec la Communauté Européenne serait ouverte.

D’ailleurs, l’Etat français a promis, suite aux demandes répétées de la Commission, la légalisation des jeux en ligne, censée se passer vers la fin de cette année. Une telle mesure entraînerait également la libéralisation du marché des jeux en France, conformément à l’article 49 du Traité de la Communauté Européenne, qui arrête la libre circulation des services à l’intérieur de la Communauté.

Et voilà que, impatient ou irrité par cet ajournement ( ou bien les deux), Patrick Partouche a brisé la glace, anticipant la future loi. Pour le moment, il est le seul. Barrière, l’autre grand groupe français, est resté en attente, préparant quand-même le terrain…Lucien Barrière a fait un gros investissement dans l’affaire de l’avenir: 20 millions d’euros ont été utilisés pour la création d’un site de jeux 3D, qui n’attend maintenant que le feu vert!


Le marché italien des jeux est le principal acteur de gambling du monde

Parmi les marchés de jeux de l’espace européen, le marché italien connaît un grand développement et jouit d’une très grande popularité. Ne vous méfiez pas, car il y a des arguments: 9% du marché global des jeux est représenté par le marché italien; Les Italiens dépensent, en moyen, aux jeux de casino, plus que les citoyens de toute autre nation; le marché italien compte pour 2% du produit intérieur brut, et trois fois ce pourcentage dans les régions du sud (la Sicille, la Campanie, la Sardaigne et Abruzze ).

Que peuvent nous dire ces chiffres? Techniquement ( laissant de côté tout commentaire émotionnel), on voit que le marché traditionnel s’est adapté à merveille aux facteurs de la modernité qui ont engendré des changements profonds dans l’environnement économique et social du pays. On ne rappellera que les casinos en ligne, qui sont le fruit de la technologie, de l’internalisation et de la mondialisation, et qui recrutent un bon nombre de leurs clients parmi les Italiens.

A partir des chiffres et des statistiques, les experts ont également fait des prévisions: ils estiment que, d’ici à 2010, le marché italien des jeux enregistre une croissance de plus de 61 milliards d’euros, c’est-à-dire +45% par rapport à 2007.

Selon les prédictions, la croissance sur le marché italien sera apportée par les nouvelles machines à sous, les jeux en ligne et les paris sportifs, qui tirent profit de plus en plus des paris live, de l’innovation technologique et des paris en ligne. Dans ce dernier sous-domaine, on s’attend à ce que, jusqu’en 2010, la déréglementation engendre une croissance de 116% par rapport à 2007, soit 5,6 milliards d’euros.

Quant aux machines à sous, la nouvelle génération signifie une croissance de 49%. Jusqu’en 2010, le chiffre d’affaires dépassera 28 milliards d’euros. Même si 2007 a été une année noire pour les machines à sous ( à peu près 50% des nouvelles apparitions ont été rétirées du marché, pour des raisons d’illégalité ), le chiffre d’affaire a monté à 18,8 milliards d’euro, soit plus de 22% que l’année passée. Et la nouvelle génération de machines à sous a un potentiel plus grand, car elles sont plus attractives.

Mais le progrès qu’on attend sur le marché italien ne sera pas seulement la conséquence de la nouvelle technologie, mais aussi du combat contre le jeu illégal. En effet, il y a assez de place à intervenir: les paris sportifs illégaux apportaient en 2007 plus de 6,500 millions d’euros, tandis que les paris légaux ne rassemblaient que 2,400 millions d’euros! C’est le même pour le vidéo poker. Les autorités n’auront pas à se plaindre de manque d’activité!


Le temps des bilans à WSOP Europe

World Series of Poker a donné le grand coup en Europe, tenant les joueurs collés à leurs sièges pour le Main Event de No-Limit Hold’em. Le grand gagnant de l’événement a été John Juanda, qui a surclassé Stanislav Alekhin dans un marathon de 22 heures à la table finale, pour une cagnotte de 868,800 £.

Tenu au Casino de l’Empire de Londres, le WSOP est devenu l’un des tournois de top d’Europe, offrant aux gagnants autant de bracelets et d’argent que les autres grands tournois de poker du monde.

Pour un buy-in de 1,500£, le tournoi de No-Limit Hold’em a démarré avec 410 participants qui ont fait élever le prize pool à 615,000£. Dans un tête-à-tête final, Jesper Hougard a « arraché » à son adversaire Fuad Serhan un premier prix de 144,218£. Sehan a fini en deuxième, remportant un gain de 89,175£. Le troisième, un autre Américain, a fini avec 55,350£.

L’événement suivant a été le H.O.R.S.E., d’un buy-in de 2,500£. Cet événement de poker comprend une mosaïque d’événements, à savoir 5 variantes de poker: Hold’em, Omaha, Razz, Stud Hi à sept cartes, Stud Hi-Lo à sept cartes Eights or Better. c’est, en fait, l’épreuve de feu pour les professionnels du poker. Et, maintenant, la surprise. Combien de fois avez-vous entendu dire qu’un Afghan a surclassé des noms tels Lederer, Ivey et Lisandro. Eh bien, c’est ce qui s’est passé cette fois, quand Sherkhan Farnood a résisté 14 heures à la table finale pour gagner 76,999£.

Le troisième événement du programme a été l’Omaha à pot limité (à un buy-in de 5,000£). Grand champion à Omaha a été cournonné le Danois Theo Jørgensen. Ses efforts ont été récompensés par un gain de 218,626£. Le Canadien Sorel Mizzi s’est placé en deuxième, avec 132,000£, tandis que l’Anglais Eric Dalby a reçu 84,562£ pour la troisième place occupée.

Enfin, le Main Event de WSOPE a eu 362 buy-ins pour un prize-pool de 3,620,000£. L’événement a été divisé en deux jours de jeu: de 159 participant au Jour 1a, seulement 86 étaient encore sur les barricades à la fin de la journée, ayant pour chip leader Justin Smith (150,000 en jetons). Le Jour 1b a fini avec moins de la moitié d’un total de 203 joueurs programmés à jouer. Celui qui a dominé le champ a été Daniel Negreanu, avec 154,050 en jetons.

Le deuxième jour a porté préjudice à 67 joueurs, pour laisser l’avantage notamment aux chip leaders Erik Seidel et Andy Bloch. Le troisième jour a, ensuite, payé les 36 premiers joueurs, laissant en jeu seulement les 24 premiers. Sur les premières positions, on pouvait retrouver John Juanda, Justin Smith et Daniel Negreanu.

Quand le quatrième jour a touché à la fin, il n’y en avaient que 9 qui avaient passé au-delà du tamis: Robin Keston, Daniel Negreanu, Chris Elliott, Bengt Sonnert, John Juanda, Ivan Demidov, Toni Hiltunen, Scott Fischman et Stanislav Alekhin. Épuisante, mais entraînante et passionnante, la table finale a un bilan accablant, touchant le récord: 484 mains jouées pendant 22 heures de poker. John Juanda a empoché 868,800£, Stanislav Alekhin, 533,950£ et Ivan Demidov, 334,850£. Daniel Negreanu, l’un des favoris au titre de champion, a fini en cinquième, gagnant 217,200£.

« C’est la plus longue table finale que j’ai jamais jouée », a avoué John Juanda à la fin. Enchanté de sa victoire, il a été heureux pour son titre de champion WSOP et pour le bracelet gagné.


The Hunter sera prochainement dans l’espace virtuel

Emote Games, un éditeur de jeux en ligne, et Avalanche Studios, un développeur spécialisé dans la technologie de dernier cri de l’image, ont topé pour le lancement d’un nouveau jeu en ligne: The Hunter. C’est vraiment un jeu qui fera le délice des internautes et qui combine l’action la plus réelle avec la communauté et la fonctionnalité du réseau.

Avec un environnement captivant, incroyablement réaliste en termes visuels et auditifs, The Hunter est prêt à tester, dès le mois prochain, sa nouvelle version beta. Le jeu donne aux joueurs la possibilité, les outils et l’interface web pour s’intégrer dans la communauté des chasseurs du réseau. Les joueurs peuvent suivre et chasser une grande variété d’animaux et le jeu comprend des défis incitants, des tournois et des compétitions, permettant au joueur de collaborer de près avec les autres.

Utilisant l’interface sociale, les joueurs peuvent également se vanter avec les trophées remportés, partageant les images à leurs amis et aux autres joueurs. En même temps, l’équipe qui se trouve derrière The Hunter, s’est engagé à le mettre à jour en permanence et à faire sortir de nouvelles options de jeu.

« The Hunter offre une incroyable expérience de chasse. Grâce à notre nouvelle génération de systèmes, nous sommes en mesure de recréer l’expérience de chasse «sur le terrain ‘ qui comprend un large éventail de conditions météorologiques, le comportement des animaux et des terrains qui peuvent être partagées au sein de la communauté de jeu ainsi que sur d’autres réseaux sociaux populaires « , a déclaré Christofer Sundberg, fondateur et directeur de Création à Avalanche.

The Hunter sera d’abord disponible en Amérique du Nord sur PC et sur les portables, mais les joueurs européens ne devront pas attendre trop!